Société burkinabè Oto-Rhino-Laryngologie et de Chirurgie cervico-faciale (SOBORL):Un congrès sensible aux différentes pathologies !

Ouagadougou a accueilli les 19, 20 et 21 novembre 2015, le Ve congrès de la SOBORL Congrès placé sous le patronage du ministre de la Santé, Amédée Prosper Djiguimdé et le parrainage d’Idrissa Nassa, Président-directeur général de Coris Bank International sous les thèmes « Pathologie pharyngo laryngée et maxillo-faciale. ORL et allergie. Surdité ». Durant trois jours, des pathologies ont été discutées à travers des communications, des conférences et de symposiums en vue de trouver des solutions.

Les maladies des oreilles, du nez, du larynx et de la gorge sont appelées des pathologies oto-rhino-laryngologiques (ORL). A travers le monde, des sociétés savantes à l’instar de la Société burkinabè Oto-Rhino-Laryngologie sont constituées pour promouvoir la médecine qui s’occupe de ces pathologies.
Selon les spécialistes, la surdité et la pathologie pharyngo laryngée et maxillo-faciale sont des handicaps sensoriels majeurs. Elles affectent plus de 100 millions de personnes dans le monde et plus de 2 millions au Burkina. Les enfants sont les plus touchés. La méningite, les infections de l’oreille et les nuisances sonores, sont les différentes causes de la surdité. Environ 700 millions de personnes à travers le monde souffrent d’une perte d’acuité auditive en 2015. Quant aux maladies allergiques, elles sont classées au quatrième rang par l’Organisation mondiale de la santé. Les modifications de l’environnement de nos habitations, un confort de vie de plus en plus douillet, l’utilisation plus fréquente des voitures, une alimentation très différente de celle d’il y a 30 ans, l’utilisation trop fréquente des antibiotiques sont en grande partie responsables de l’explosion aux allergies.
A la cérémonie d’ouverture qui a eu lieu dans la salle de conférences de l’Hôpital national Blaise-Compaoré, plusieurs interventions ont ponctué la rencontre. La présidente de la SOBORL, le professeur Marie Yvette Chantal Djébré, qui a ouvert la cérémonie par un discours, a tout d’abord salué les différents congressistes venus du Burkina et d’ailleurs. Selon elle, ce congrès est un cadre d’échanges autour des problèmes sanitaires tels que la pathologie pharyngo-laryngée et maxillo-faciale, la rhinite chronique allergique et la surdité qui minent le monde entier: « les 19, 20 et 21 novembre 2015, les ORL et collègues non ORL ont convenu d’échanger autour des préoccupations quotidiennes que sont : la pathologie pharyngo-laryngée et maxillo-faciale, ORL et allergie, la rhinite chronique allergique, et la surdité. » s’est-elle exprimé. Elle a, par la suite, remercié tous ceux qui ont concouru à l’organisation de ce congrès qui a coïncidé avec la Journée mondiale de la surdité.
Ce congrès, visant à l’amélioration de la santé de la population, a connu la participation du ministre de la Santé, Amédée Prosper Djiguimdé qui a donné le top de départ des travaux. Tout en félicitant l’ensemble des organisateurs pour leur souci du développement socio-sanitaire du monde, il a rassuré que son département « ne ménagera aucun effort pour accompagner les congressistes» dans la mise en œuvre des conclusions qu’ils auront arrêtées. Avant l’ouverture de la cérémonie, d’éminents professeurs notamment le professeur Raymond Diouf, président scientifique du congrès, le professeur Kampadelemba Ouoba, président d’honneur de la SOBORL, ont exposé sur les différentes maladies citées plus haut.
Le clou de la cérémonie a été la visite des stands d’exposition sur les traitements de la surdité. Pendant trois jours, ce congrès, cinquième du genre de la SOBORL, a été également un lieu d’échanges de partage et de formation entre spécialistes ORL et non ORL, acteurs de la santé, étudiants burkinabè et étrangers, toujours en quête de l’excellence dans leur pratique quotidienne.
Sougrinoma Guigma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *