MICA 2019: Le marché du film est ouvert !

Le ministre du Commerce de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a procédé à l’ouverture officielle du Marché International du Cinéma et de l’Audiovisuel Africain (MICA). C’était le dimanche 24 février 2019 à 10h à la Place de la nation. Jusqu’au 1 mars 2019, plus d’une cinquantaine de structures de production et de diffusion seront présentes. Les films également seront mis sur le marché.

Organisé dans le cadre du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), le Marché International du Cinéma et de l’Audiovisuel Africain (MICA) est l’espace destiné à favoriser les ventes et les achats des œuvres cinématographiques, audiovisuelles et coproductions. C’est un cadre de rencontres, de promotion et d’échanges panafricain et international ouvert aux professionnels du cinéma et l’audiovisuel du monde entier. Depuis 1983, il demeure un espace privilégié de promotion du cinéma africain et d’échanges entre producteurs, distributeurs et diffuseurs qu’il attire en grand nombre, tout comme les différents porteurs de projets. Vingt (20) structures nationales des cinématographies d’Afrique et de la diaspora sont attendues. Il y aura aussi une quinzaine de sociétés de producteurs, une vingtaine de sociétés de diffusions, de distributeurs, etc.

Pour la 19ème édition, le MICA se place sous le signe de l’essor et de l’économie du cinéma qui doit s’adapter aux exigences du moment. L’objectif visé est de donner à chaque festivalier l’occasion de faire de bonnes affaires. « L’organisation d’un tel marché n’était pas une tâche aisée car les défis à relever sont nombreux mais le MICA est pleinement conscient et s’engage à satisfaire au mieux les attentes des festivaliers » explique Suzanne Kourouma/Sanou, directrice du Marché International du Cinéma et de l’Audiovisuel (MICA).

Afin d’offrir aux professionnels du cinéma une meilleure visibilité, les organisateurs ont mis en place des innovations. Il s’agit, entre autres, des espaces multifonctionnels pour les stands d’expositions, des box de visionnages, des séances de projections à la carte, un salon B to B, des rencontres professionnelles et des conférences.

Le ministre du commerce de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, a exhorté les professionnels du 7ème art à faire du MICA un espace empreint de solidarité et de partage. « Vive le Fespaco pour que vive le MICA » ajoute-il. La coupure du ruban et la visite des stands par les officiels ont clos la cérémonie.

Faridah DICKO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *