Le Burkina Faso et le MASA: Consolider les liens séculaires

Comme à la dernière édition, le Pays des hommes intègres était bien représenté à la 9e édition du Marché des arts du spectacle africain (MASA) à Abidjan. Une situation qui a même occasionné la tenue d’une soirée culturelle ivoiro-burkinabè le 9 mars 2016 en marge de la manifestation.

masa 2 bonC’est une soirée riche en couleur et en symbolisme qui a regroupé les participants au MASA, mais surtout la communauté burkinabè vivant en Côte d’Ivoire, les autorités administratives et coutumières des deux pays et le monde des artistes. A la suite d’une consécration des hymnes du pays hôte et du Burkina, ce sont différentes prestations et allocutions qui ont ponctué cette belle soirée qui se voulait sobre mais pleine de sens, comme l’a indiqué l’initiateur, Walib Bara, et qui a vu la participation des ministres en charge de la Culture de ces nations sœurs comme l’ont tous relevé.
Pour le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso, Tahirou Barry, loin des terrains politiques et diplomatiques, la Culture est et restera cet outil de cohésion des peuples. Il a d’ailleurs mis à profit son séjour à travers cette édition du MASA pour échanger avec son homologue ivoirien et participer à plusieurs rencontres, notamment à des échanges avec des artistes et des promoteurs du monde culturel. En plus de la participation de Tahirou Barry, il faut rappeler que le Burkina Faso est présent à cette 9e édition du MASA avec une belle brochette de participants composée de journalistes, de promoteurs culturels et d’artistes au nombre desquels Adama Dramé, Salia Sanou, la compagnie Teguerer, Roukiatou Ouédraogo, la compagnie Faso Danse Théâtre avec « Nuit blanche à Ouagadougou », les Kundé Blues et Moussa Petit Sergent qui, à travers sa prestation, aura été l’une des coqueluches de la manifestation.
J.W.B

Encadré
Walib Bara, président du comité d’organisation de la soirée culturelle ivoiro-burkinabè

«Nous avons tenu cette manifestation avec la structure No Limit et les organisations de la société civile, d’une part ivoirienne et d’autre part burkinabè, parce que nous nous sommes dit qu’en marge du MASA, qui est un vaste marché des arts et du spectacle, et au regard de la bonne santé sociopolitique entre les deux pays, la culture peut et doit jouer sa partition. C’est la raison pour laquelle nous avons initié cette soirée ; et je pense que le quorum est atteint. Car, pour nous, voir le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina en tenue akan (tenue traditionnelle ivoirienne) et voir le ministre de la Culture et de la Francophonie de Côte d’Ivoire en Faso Dan Fani (tenue burkinabè), c’est une réussite. C’est ce que nous voulions démontrer. La côte d’Ivoire et le Burkina, c’est comme un homme et sa silhouette. Nous pensons que la culture peut constituer et être le garant de cette belle relation qui date depuis des lustres»

Burkina and Masa: Strengthen centuries 0ld bonds

As for the last edition, the country of men of integrity was well represented in the 9th edtition of the Arts and African Show Market (MASA) in Abidjan. This situation leads to a ivoiro-burkinabe cultural night march the 9th 2016 on the fringes of the manifestation.

masa 2 bonThat was a colored night with a lot of symbolism which gather the MASA’s participant and especially every Burkinabe who live in Cote d’Ivoire, the authorities and the artists. After national anthem of each country, a spectacle starts punctuated by some allocution, and that was a restrained night but meaningful. Walib Bara, the organizer, was happy to see secretary of culture of this two brother country. For Tahirou Barry, secretary of Arts, Culture and Tourism in Burkina Faso, the culture is and will stay the best tool to unify people from every country. He also takes advantage of his journey to talk with his Ivoirian counterpart and participated to a lot of meeting with artists and people from the cultural world. We have to notice the important delegation from Burkina which came to this 9th edition of MASA, such as journalist, cultural professional, and artists like Adama Dramé, Salia Sanou, the Teguerer company, Roukiatou Ouédraogo, the company Faso Danse Théâtre with « Nuit blanche à Ouagadougou », the Kundé Blues and Moussa Petit Sergent, who by the way, by his show, became one of the favorite of the manifestation.
J.W.B.
Traduction: Simon Vermot Desroches

Walib Bara, the president of the ivoiro-burkinabe cultural night.
“We organize this manifestation with the structure No Limit, and civil’s organization from Burkina and Cote d’Ivoire on the fringes of MASA because the relationship between our two countries are good and really important and the culture can help to improves it. That’s why we do that night and I think it was a success. See the Burkinabe secretary of Culture in Ivoirian traditional clothes (akan) and the Ivoirian secretary of culture in Burkinabe traditional clothes (Faso Dan Fani) that’s a success. We wanted to show that. Burkina and Cote d’Ivoire are a man and his outline. The culture has to preserve this great and old relationship for a long time.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *