La politique africaine pointée du doigt entre danse et théâtre

De la musique live du terroir burkinabè parfois saupoudrée de blues et de jazz ou des sonorités urbaines africaines. 4 musiciens, 4 danseurs sur scène ; une pièce de danse-théâtre inspirée des idées et des thématiques autour de la mémoire, de l’histoire et des images de certaines réalités politiques et sociales du continent africain.

Declassified Memory Fragment ou Fragment d’une mémoire déclassifiée se veut une lettre ouverte sur la société africaine – avec ses styles de vie, ses cultures, sa beauté, ses complexités et ses politiques. La pièce dépeint une réalité sociale où la vie quotidienne est sujette à des restrictions et où le secret et l’intimité sont des exigences culturellement ancrées, même au sein du cercle familial. Le fait de « déclassifier » est un processus de révélation, d’exposition de ce qui est caché, voilé, non dit.

Declassified Memory Fragment s’inspire et agit comme une réponse aux situations politiques dans différents pays africains, où l’imprévisible renversement du pouvoir provoque tension, déstabilisation et climat explosif. Sans que ne se dissipe l’illusion de la démocratie. Avec un humour caustique, la pièce met en scène une société duale où la course au pouvoir fait et défait à la fois les amitiés, mais où prévaut la fraternité.

Fiche technique :

Conception, chorégraphie : Olivier Tarpaga

Interprétation : Aziz Dermé, Jérôme Kaboré, Adonis Nébié, Ousséni Dabaré, Olivier Tarpaga

Conception, composition musicale : Olivier Tarpaga en collaboration avec les musiciens

Musique live, performance : Olivier Tarpaga, Flatié Dembelé, Daouda Guindo, Boubacar Djiga

Conseil artistique, assistance dramaturgie : Esther Baker-Tarpaga

Création lumière: Jacob Bamogo

Régie générale: Mohamed Boro

Scénographie: Sahab Koanda, Sada Dao

Costumes: Olivier Tarpaga

 

Pengr Kuni

Un espace pour promouvoir la paix

La 2e édition des Pengr Kuni, organisés par l’artiste musicien Bamos Théo, a pris fin le samedi 5 septembre 2015. Au total neuf personnalités ont reçu le trophée de la paix et cinq sont repartis avec le trophée d’honneur.

Dans le souci de préserver la paix au Burkina Faso, un comité présidé par Bamos théo a décidé de récompenser tous les acteurs qui œuvrent pour sa promotion. Ainsi, le 5 septembre dernier, différentes personnalités ont vu leurs efforts dans la recherche de la paix récompensés. Cette initiative, vivement appréciée par les bénéficiaires  a été encouragée. L’initiateur Bamos Théo a, pour sa part,  fait savoir que la paix est une quête permanente. C’est pourquoi il a invité les récipiendaires à ne pas lâcher prise et de continuer dans ce sens. Par ailleurs, à l’endroit de tous les burkinabè, le musicien a demandé de faire preuve de maturité et d’amour pour la patrie surtout en cette période électorale.

Feu Adama Fofana, l’artiste Sana Bob, Maria Sombougma, le Baloum Naba de Ouagadougou, Diakonia, l’ambassadeur des USA, le cadre de concertation des sages, Mgr Anselme Titiana Sanon, Me Titenga Pacéré ont été les différents lauréats de Pengr Kuni 2015. En plus de cette récompense, 5 personnalités ont reçu des trophées d’honneur.

 

Issa KARAMBIRI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *