Il était une fois «la lampe» : Phil réclame vérité et justice pour Norbert Zongo

Voilà depuis plus de 17 ans que les Burkinabè dans leur ensemble attendent toujours d’être étanchés de leur soif de justice pour le «boucanage» de leur fils, leur frère, leur ami, leur époux ou que sais-je encore… !17 ans d’impunité pour celui qui ne demandait que «la liberté d’informer, le droit de penser» ! Personne ne l’a oublié ! Encore moins Phil, de son nom à l’état civil Philippe Sawadogo, ce jeune artiste plasticien burkinabè qui, au-delà de sa plume, s’exprime avec son pinceau !
«Une lampe. Quoi de plus banal ! Dira-t-on. Oui, c’est à priori vrai si elle servait seulement à éclairer l’intérieur de la case d’une vieille au village, les étals d’un épicier dans un quartier périphérique ou encore le salon d’accueil d’un commissariat de police dans un chef-lieu de département isolé. Mais point de tout cela», voilà ce que disait L’Observateur Paalga il y a quelques années et ce qu’a retenu Phil de «la lampe», Oui ! De Norbert Zongo, cette lampe, ce lustre qui s’est éveillé indépendamment de tout avec «L’Indépendant» pour réclamer plus de liberté et de justice pour ses frères mais qui s’est éteint ce fâcheux 13-décembre. Eh oui ! Philippe Sawadogo peine à l’oublier et dépeint ce sentiment à travers son œuvre «Couleur de justice»
Comme elle se nomme, «Couleur d’une Justice», peinture à huile et collage sur toile, toute de noir vêtue avec par endroits des coupures de presse, chélidoine. Elle donne sur son passage quelques éclaircis. Sur son sombre paysage, «Couleur de justice» au format 54 sur 60 cm s’émancipe d’une lampe à huile qui, tout autour, laisse transparaître ce que fut et demeure Norbert Zongo : une lumière pour les générations futures, «le refus de l’impunité», le combattant de la liberté. Autant de mots qui trônent autour de «la lampe» que Phil utilise pour rendre hommage au «Grand artisan de la vérité». L’artiste ne laisse aucun espace où son pinceau ne passe ou ne repasse tout en confiant le soin à l’œil de découvrir à travers des coupures de presse, le dernier hommage de la nation à Norbert Zongo ou cette carcasse de voiture, fruit de la sale besogne des assassins du 13 décembre. Phil montre également sur cette toile qui date de 2010 l’image d’une mère meurtrie, la tristesse d’Augustine Zongo, celle-là même qui a donné vie à «la lampe».
Puis, que de questions ! «Que sont devenus les 6 suspects sérieux ?» se demande-t-il. «Où es-tu Justice?» se tourmente-t-il pour Norbert Zongo.
Jérôme William Bationo

Qui est Phil ?
Co-fondateur et Directeur de Création de l’Agence « Achille& Philippe », Philippe Sawadogo est un directeur artistique et un artiste burkinabè pluridisciplinaire qui réside en France depuis 2011.
Il est artiste plasticien, titulaire d’une Licence en Arts plastiques de l’Université de Ouagadougou.Philippe Sawadogo est un artiste Multimédia titulaire d’une Maitrise d’arts-visuels, spécialité Multimédia de l’Université de Strasbourg.Infographiste Multimédia, il est également titulaire d’un Master 2 en Conception et Intégration Multimédia de l’Université Lumière de Lyon 2.Consultant en Communication Visuelle et en Arts Numériques, Philippe Sawadogo est formateur en Arts plastiques et en Arts appliqués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *