Fonds international pour la diversité culturelle: C’est parti pour le 10ème appel à candidature

Le Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) a organisé une session d’information ce jeudi 28 février 2019 dans la salle de mariage de la mairie centrale de Ouagadougou. Il s’est agi de présenter les critères d’éligibilité au FIDC ainsi que les procédures de sélection des projets qui y sont soumis.

Photo de famille des participants

Institué par l’article 18 de la convention de 2005 de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), portant sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le FIDC est un fonds multi-donateur. Il s’appuie sur les dons des gouvernements, des particuliers, de la société civile et du secteur privé. Le FIDC s’inscrit dans une vision de promotion du développement durable et de réduction de la pauvreté dans les pays en voie de développement. Cela se fait par le soutien aux projets visant à favoriser l’émergence d’un secteur culturel dynamique. Depuis l’année 2010, le fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) fournit environ 7 millions de dollars à plus de 100 projets dans une cinquantaine de pays en voie de développement. Il couvre divers domaines culturels : le développement et de la mise en œuvre des politiques, le renforcement des capacités des entrepreneurs, la cartographie des industries et la création de nouveaux modèles économiques.

Critères d’éligibilités

Le 14 février 2019, l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) a lancé le 10e appel à candidature du Fonds International pour la Diversité Culturelle (FIDC). C’est un soutien financier octroyé à des projets qui promeuvent la diversité des expressions culturelles. Pour être éligible au FIDC, le projet doit avoir un impact direct sur la création et la distribution des industries créatives.   Les bénéficiaires de ce fonds sont donc les professionnels du secteur des industries culturelles et créatives évoluant dans les arts audiovisuels (cinéma), les arts de la scène, les arts visuels, la musique, l’édition, le design, et les arts numériques. Les projets portant sur le tourisme culturel, le patrimoine immatériel, la fourniture de bourses ne sont pas éligibles. La durée d’un projet soumis au FIDC doit être de minimum 12 mois et 24 mois maximum. Le fonds demandé ne doit pas dépasser 100 000 dollars et le bénéficiaire doit apporter sa contribution. Le prix de cette contribution dépend du type de projet. Seuls les pays en voie de développement c’est-à-dire les pays de l’Afrique, de l’Amérique latine, de l’Asie pacifique et quelques-uns de l’Europe de l’Est peuvent soumettre une demande pour obtenir le FIDC. Les autorités et institutions publiques (les ministères, les bureaux des droits d’auteurs), les organisations non-gouvernementales à but non lucratif (associations, fédérations) et les organisations non gouvernementales internationales (les organisations implantés dans plusieurs pays) sont celles qui peuvent solliciter l’aide de ce fonds.

La sélection du projet

Pour être sélectionné par le fonds international pour la diversité culturelle (FIDC), le projet doit être évalué par la commission nationale comme répondant à une nécessité locale et émanant d’une organisation fiable. Toute la procédure de dépôt du dossier se fait en ligne. A la clôture des dépôts prévue pour le 13 juin 2019, les dossiers sont regroupés par pays et envoyés aux commissions nationales qui ont un mois et demi pour évaluer le projet. « C’est la partie présélection. Si la commission reçoit 20 projets, ils doivent en sélectionner 04 : 02 des organisations non-gouvernementales et 02 venant d’institutions publiques, » explique Diana Ramarohetra, chargée de projet. Si le projet est présélectionné, il est envoyé au secrétariat du siège du FIDC à Paris. Là, il s’agira de vérifier tous les documents contenus dans le dossier et le remplissage de toutes les sections. Le secrétariat vérifiera également que le projet soumis répond aux objectifs de la convention de 2005. Le dossier sera par la suite transmis à un comité d’experts qui réévaluera le projet avant de le passer à la dernière instance de décision : le comité intergouvernemental. C’est ce comité qui donnera son accord pour l’obtention du financement du projet. La procédure de sélection prend 08 mois à partir de la clôture des dépôts.

En rappel, au Burkina Faso, trois projets ont reçu le financement du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC).

Faridah DICKO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *