Foire artisanale et commerciale: Plus de 200 exposants au rendez-vous

Ce dimanche 25 mars 2018, s’est ouvert au siège de la Semaine Nationale de la Culture la foire artisanale et commerciale. Plus de deux cent (200) exposants sont aux rendez-vous de ce marché qui permet aux participants de faire de bonnes affaires. Quelques exposants s’expriment.

Yvette Traoré de l’OCADES Nouna
Nous sommes une organisation qui accompagne les organisations paysannes. Nous avons décidé d’amener à cette foire les femmes que nous encadrons dans les dix villages que compte l’OCADES Nouna. On a quelques produits à exposer et à faire découvrir au public. Il s’agit du soumbala en poudre et en graine, la farine de fonio précuit et non précuit, la farine de petit mil, de sorgho. On a aussi le samnin. L’organisation de cette foire est une aubaine pour nous qui mettons en valeur les produits locaux qui représentent notre culture. Nous faisons de bonnes affaires. Hier nous avons eu une importante commande que nous livrerons aujourd’hui.

Assèta Ouandaogo/Ouédraogo, exposante de l’Association Tegtaaba de Koupéla
Nous produisons des produits locaux comme le Faso Danfani, le couscous à base de maïs, le soumbala, etc. je suis à ma première participation à cette manifestation importante sur le plan économique, culturel et social. Sur le plan sécuritaire, j’apprécie les mesures prises par les forces de défense et de sécurité. Notre souhait est que cette édition se termine dans les meilleures conditions.

Fabrice Ouédraogo, agent commercial à UNERIZ
Nous exposons du riz des différentes localités productrices de riz comme Bama et Bagré. Il y a tous les poids (25 kg, 50 kg, 100 kg). Cette édition est une véritable opportunité. Le thème est bien choisi car il faut que nous revenons à nos valeurs culturelles et les sauvegarder pour les générations futures. Sur le plan sécuritaire, nous nous réjouissons des mesures prises. Mais cela empêche parfois les clients d’entrer pour faire des achats. Les sacs sont lourds et il faut les transporter jusqu’à la fin du barrage sécuritaire à 300 mètres du site. Ce n’est pas facile. Mais nous comprenons vu le contexte.

Mariam Traoré/Zerbo, transformatrice à Bobo
Je transforme le petit mil, le fonio, le soumbala, le pain de singe, le mais (couscous, bouillie), le couscous de riz, de maïs jaune. Cette semaine nationale de la culture est une superbe occasion pour nous. Nous invitons les populations à consommer les mets locaux, c’est naturel, biologique. Sauvegardons nos valeurs culturelles.
Jean-Yves Nébié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *