FESPACO 2019: Sibiri Bazié s’adjuge le prix de l’OCI

Le mardi 26 février 2019, l’Organisation de la coopération islamique (OCI) a procédé à la remise de son « Prix spécial pour la paix et le vivre ensemble » au meilleur film documentaire, dans la salle du Conseil de la mairie de Ouagadougou. Et le prix est revenu au film : « La terre qui m’a vu naître » du réalisateur burkinabè Sibiri Barthélemy Bazié. Le prix est d’une valeur de 5 millions F CFA.

La présente cérémonie a lieu en présence de la première dame du Burkina Faso, Sika Kaboré ; du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Alpha Barry ;  du ministre de la Culture, Abdoul Karim Sango ; de la directrice générale du département de la culture et des affaires sociales et de la famille de l’OCI, Mehla Ahmed Talebna ; du maire de la commune de Ouagadougou, Armand Béouindé ; du secrétaire général du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), Ardiouma Soma.  Mehla Ahmed Talebna a souligné qu’« il y a toujours eu un problème de communication entre le monde que représente l’OCI et les autres. Et le meilleur moyen de lever ce problème, c’est de passer par la culture, les arts et le cinéma. C’est pourquoi cette résolution de décerner un prix spécial au FESPACO a été prise ».   A cet effet, un jury a été constitué. Ce jury a reçu au départ neuf (09) films dont six (6) courts métrages et trois (3) longs métrages. Il a, par ailleurs, établi des critères qui sont, entre autres, l’originalité, le message, la qualité, la thématique. Et tout cela en fonction des principes et des idéaux de l’OCI que sont le développement, la paix, le vivre ensemble.  Sur la base donc de ces critères, le jury a porté son choix sur le film « La terre qui m’a vu naître » de Sibiri Barthélemy Bazié.  Ce film aborde les thématiques de l’immigration, du développement, de la paix.

« Je suis vraiment heureux de recevoir ce prix. C’est pour moi une surprise », s’est exclamé le lauréat. Selon lui, le film est non seulement une invite aux jeunes, qui veulent partir à l’aventure, à rester dans leurs pays d’origine et à travailler pour le développer ; mais il prône aussi la paix et la solidarité.

Organisation à vocation politique, l’OCI est la deuxième plus grande institution intergouvernementale, après l’Organisation des nations unies (ONU).  Regroupant 57 pays, l’OCI a pour missions de promouvoir le développement durable, la bonne gouvernance, la promotion de la femme, de la qualité de chance entre l’homme et la femme, de lutter contre l’immigration, de renforcer les capacités des jeunes, etc.

Sougrinoma Guigma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *