FESPACO 2019: Le réseau africain des espaces de diffusion est né

Les directeurs des salles et espaces de diffusion de cinq (5) pays (Burkina Faso, Sénégal, Mali, Bénin, Côte d’Ivoire) se sont réunis à Ouagadougou en marge du cinquantenaire du FESPACO. Objectif, mettre en place le Réseau africain des espaces de diffusion de l’Afrique de l’Ouest (REDAO) pour réfléchir sur la survie des salles et espaces de diffusion face aux défis du moment (Diminution de l’aide publique, l’abandon des salles et espaces de diffusion par le public, etc.). L’initiative est portée par la Maison de la Culture de Bobo-Dioulasso.

 Etienne Lompo, Directeur général de la Maison de la Culture de Bobo-Dioulasso, président du REDAO

Tout d’abord, nul n’ignore le rôle important joué par les salles et autres espaces de diffusion des biens et services culturels. Toutefois, il faut dire que ces espaces font face à de grands défis à relever pour assurer leurs survies. Ce sont entre autres : la diminution de l’aide publique, l’insuffisance de personnel qualifié et spécialisé, la difficile mobilisation des ressources propres, l’abandon de ces espaces par le public, etc.

Le Réseau des espaces de diffusion de l’Afrique de l’Ouest (REDAO), dont le siège est fixé à Bobo-Dioulasso, a pour objectifs : la mise en œuvre d’actions collectives pour la circulation des créations artistiques ; le renforcement des capacités de ses membres et d’autres acteurs culturels ; le portage de tout projet de diffusion ou d’accompagnement de diffuseurs. Selon Etienne Lompo, Directeur général de la Maison de la Culture de Bobo-Dioulasso, président du REDAO, ce réseau est une nécessité. « Nous avons pensé qu’il nous fallait nous mettre en réseau et que nous puissions conjuguer nos efforts pour avoir un cadre de partage, pour discuter de nos préoccupations afin de surmonter mutuellement nos difficultés », a-t-il expliqué.

Pour Hassane Kassi Kouyaté, Directeur des Francophonies de Limoges (France), ce réseau doit tenir compte aussi des diasporas africaines. « Nous avons des compatriotes qui occupent des postes importants dans les institutions internationales. Ils sont des portes d’entrée. Si nous nous ouvrons à eux, ils peuvent apporter beaucoup à l’industrie cinématographique », affirme-t-il.

REDAO : Administration, admission et ressources

La présidence du réseau est tournante entre les pays membres. La durée du mandat est de deux (2) ans. Le réseau est dirigé par un bureau exécutif qui se compose de : un (e) président (e) ; un (e) vice-président (e) ; un (e) chargé (e) de la communication ; un (e) chargé (e) de l’organisation ; un (e) trésorier (e).

Peuvent adhérer au réseau : les salles d’Afrique de l’Ouest programmant régulièrement des spectacles ; les espaces de diffusion artistique et culturelle d’Afrique de l’Ouest. La qualité de membre est conférée par les membres fondateurs se prononçant par écrit et à l’unanimité.

Pour son fonctionnement, le réseau a besoin de ressources qui proviennent principalement : des cotisations de ses membres (le montant étant fixé par l’Assemblée générale annuelle) ; des recettes issues des programmes développés ; des subventions qui pourraient lui être accordées par des entités publiques et de tout autre partenaire technique et financier ; des intérêts et revenus des biens et valeurs appartenant au réseau ; des dons et des legs. Le budget des programmes annuels ainsi que son mode de recouvrement est approuvé par l’Assemblée générale.

Fonctionnement et personnel du réseau

L’Assemblée générale se réunit en sessions ordinaires et en sessions extraordinaires.

L’Assemblée générale ordinaire se réunit une fois par an et se compose de tous les membres du réseau à jour de leurs cotisations. Un mois au moins avant la date fixée, les membres du réseau sont convoqués par écrit et l’ordre du jour est inscrit sur les convocations. L’Assemblée générale, après avoir délibéré, se prononce sur le rapport moral et sur les comptes de l’exercice financier. Elle approuve les programmes d’activités et le budget.

Hassane Kassi Kouyaté, Directeur des Francophonies de Limoges (France)

Les décisions en Assemblée ordinaire sont prises à la majorité des membres présents. Si besoin est, ou sur demande écrite adressée au Président ou du quart des membres, le Président convoque une Assemblée générale extraordinaire. Les conditions de convocation sont identiques à celles de l’Assemblée générale ordinaire. Pour la validité de ses délibérations, il est nécessaire qu’au moins la moitié des membres du réseau soient présents. Si le quorum n’est pas atteint, l’Assemblée extraordinaire est convoquée à nouveau, à un mois d’intervalle. Elle peut alors délibérer quel que soit le nombre de présents. Les délibérations en session extraordinaire sont prises à la majorité des deux tiers des membres présents.

Pour remplir sa mission, le réseau peut disposer de personnel mis à sa disposition ou recruté sur la base d’un contrat, après approbation de l’Assemblée générale.

Jean-Yves Nébié

augustenebie9@gmail.com

 

Les membres du bureau exécutif

Ce réseau sera dirigé, pour les deux années à venir, par un bureau qui se compose de :

  1. Président : Etienne LOMPO, Directeur général de la Maison de la culture de Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) ;
  2. Vice-président : Dodo KONE, Directeur général du Palais de la culture d’Abidjan (Côte d’Ivoire) ;
  3. Trésorier : Martin ZONGO, Administrateur du Carrefour international du théâtre de Ouagadougou (CITO/Burkina Faso) ;
  4. Chargé de la communication : Abdoulaye Racine SENGHOR, Administrateur général du Monument de la Renaissance africaine (Sénégal) ;
  5. Chargé de l’organisation : Abdoulaye DIOMBANA, Directeur général du Palais de la culture de Bamako (Mali)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *