Conférences internationales du FESPACO: Silence ! Ça tourne à Paris et Bruxelles !

Les traditionnelles conférences internationales de presse du Festival panafricain de cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) ont eu lieu respectivement les 15 et 17 janvier 2019 à Paris et à Bruxelles. Forte mobilisation des acteurs du 7e art qui ont tenu à être témoins du point sur les préparatifs de la  26e édition qui se déroulera à Ouagadougou du 23 février au 02 mars 2019. A cet effet, le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, à la tête d’une délégation d’une vingtaine de personnes, a plaidé pour une participation massive des festivaliers au cinquantenaire du festival qui fera l’objet d’une sécurité exceptionnelle.

Paris, 15 janvier 2019, salle XI  de l’UNESCO, un événement de taille draine du monde. Artistes du 7e art, partenaires, médias ont rapidement pris d’assaut le site où devait avoir lieu le clap de la 26e édition du FESPACO. Malgré le froid glacial et infernal qui dissuadait plus d’un, l’affluence du jour ne permit pas à tout le monde d’accéder à la salle. Ainsi, les agents de sécurité étaient obligés de diriger plusieurs personnes vers une salle voisine où elles pouvaient suivre en direct la conférence de presse.

L’ambiance des belles retrouvailles entre cinéastes ou habitués du monde du cinéma était au beau fixe : rigolades, confidences, etc. Ce fut également un plaisir de retrouver quelques doyens comme Souleymane Cissé, lauréat à deux reprises de l’Etalon de Yennenga, Alimata Salembéré, l’unique femme à ce jour à avoir dirigé le FESPACO, le réalisateur béninois Sylvestre Amoussou, pour ne citer que ceux-ci.

Côté délégation du Burkina Faso, le ministre Sango avait à ses côtés le délégué général du FESPACO, Ardiouma Soma,  le président du Comité national d’organisation, Yacouba Traoré, le réalisateur Gaston Kaboré, Georgette Paré, Lucie Tiendrébéogo et François Adianaga Akouabou. L’ambassade du Burkina Faso à Paris, sous la conduite de Gustave Ilboudo, s’est beaucoup impliquée à l’organisation matérielle de la rencontre de Paris. Les moments les plus attendus ont été, sans conteste, la découverte de la sélection officielle catégorie Long métrage fiction. Ils sont donc 20 réalisateurs africains en compétition pour l’Etalon d’or de Yennenga (Voir liste en encadré).

A partir de la 26e édition, la catégorie films documentaires connaîtra une valorisation conséquente avec des trophées prestigieux. Une belle innovation à saluer à sa juste valeur.

Le délégué général du FESPACO a aussi dévoilé le nom des présidents des différents de jurys de l’édition 2019. Ce sont Ahmed Bedjaoui, président du jury long métrage ; le réalisateur béninois, Sylvestre Amoussou, président du jury Court métrage et films des écoles de cinéma ; Nadia El Fani (Tunisie) pour les jurys documentaires longs et courts métrages ; Cilia Sawadogo (Burkina Faso) pour le jury films d’animation et séries télévisuelles.

Quant au ministre de la Culture, il s’est focalisé sur le cinquantenaire du plus grand festival du continent africain, en appelant à une participation massive des acteurs du 7e art. Pour lui, le Burkina Faso a réussi le pari d’organiser de grands événements tels que le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO), le Tour du Faso, les RECREATRALES, etc. à la même période sans le moindre souci de sécurité. Il a insisté sur ce point à l’étape de Bruxelles.

L’opportunité a été donnée à Alimata Salembéré, ancienne responsable du FESPACO de partager sa riche expérience sur le cinéma africain, à Gaston Kaboré, président du Colloque du cinquantenaire ainsi qu’à Georgette Paré promotrice de Celebrity Day avec d’autres comédiens de faire le point de leurs différents préparatifs. Puis, ce fut les échanges avec les sommités du cinéma qui ont été très ouverts et passionnants.

Après Paris, la délégation a mis le cap sur Bruxelles où la salle de conférences des ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique) a abrité la réunion d’échanges. L’exercice de Paris a été répété avec succès dans la capitale européenne, avec une présence très remarquable des représentants des structures partenaires du FESPACO.

Et même, les journées des 17 et 18 janvier 2019 ont été consacrées aux visites des partenaires tels que la commission de l’Union européenne, Wallonie-Bruxelles et la Cinémathèque de la capitale belge. Des échanges entre les membres de la délégation et les responsables des différentes entités visitées ont été jugés satisfaisants. Nous vous ferons l’économie de toutes ces rencontres ainsi que des interviews accordées par des cinéastes de renom.

Notons que la 23e édition, qui a pour thème : « Mémoire et Avenir des cinémas africains », aura comme pays invité d’honneur le Rwanda.

Cyr Payim Ouédraogo

De retour de Paris et Bruxelles

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *