Colloque du cinquantenaire du FESPACO: Une introspection pour mieux forger l’avenir

La cérémonie d’ouverture du colloque du cinquantenaire a eu lieu le lundi 25 février 2019 au Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC). Pour les différents intervenants, ce colloque est une invitation à méditer sur les questions de façonnement et de transformation du plus grand événement culturel du continent africain.

Les participants sont venus de plusieurs contrées

Le FESPACO est né en 1969, dans la ville de Ouagadougou, capitale de la Haute-Volta devenue Burkina Faso depuis 1984. Le festival de cinéma qui se tient dans cette ville a incarné et continue d’incarner un rêve. Celui de femmes et d’hommes investis d’une passion et obsédés par le manque d’images et de récits dans lesquels les Africains du continent et de la diaspora peuvent se reconnaitre, s’identifier et forger leur conscience d’être. Comment rester à la hauteur de cette vision et de cette aspiration, et donner une nouvelle longévité à ce festival au-delà des cinquante prochaines années ? C’est pour répondre à cette interrogation qu’est organisé un colloque du cinquantenaire du FESPACO sous le thème ‘’confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité’’.

La cérémonie d’ouverture a eu lieu le lundi 25 février 2019 au Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC). Deux (02) jours durant, les participants réfléchiront sur la manière de contribuer au façonnement et à la transformation du plus grand événement culturel du continent africain. Youma Fall, Directrice du département Diversité et Développement Culturels à l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) pense que c’est important de marquer une pause pour une introspection. Pour Abdoul Karim Sango, ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, cette thématique est importante dans la mesure où elle permet aux acteurs du cinéma d’envisager l’avenir sereinement tout en n’oubliant pas le parcours réalisé par ce festival jusque-là. « Nous avons dit qu’il fallait échanger au cours de ce colloque sans langue de bois afin de formuler des recommandations pertinentes et pragmatiques qui puissent faciliter l’action des politiques » a-t- affirmé.

Roland Kabore

rolandkabore89@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *