Attaques terroristes: Les artistes répondent par «Burkina debout»

«De par son métier, l’artiste a pour rôle de sensibiliser, de semer la joie et de donner l’espoir au public ». Conscients de leur place dans la société, des artistes burkinabè, avec Théodore Bamogo dit Bamos Théo à leur tête, ont donné une série de spectacles le 7 février 2016 à Ouagadougou.
Suite aux attaques terroristes perpétrées à Ouagadougou le vendredi 15 janvier 2016 et qui ont jeté le peuple dans la psychose, un collectif d’artistes a décidé de redonner la joie de vivre à la population autour d’un projet dénommé «Burkina debout». « En tant qu’acteurs culturels, c’est notre contribution, galvaniser le peuple, l’inciter à quitter la peur et continuer à rester debout. C’est pour ça que nous avons dénommé (notre projet) Burkina debout », affirme le promoteur pour justifier cette activité.
Avant l’exécution du projet, les artistes concernés se sont rendus chez le Moogh- Naaba Baongo le vendredi 29 janvier 2016 pour demander des bénédictions et prendre des conseils. « Cette visite avant l’évènement se justifie par le fait qu’il est un homme de paix et qu’une telle action ne pourrait s’accomplir sans ses conseils et bénédictions », confiaient-ils alors à leur sortie d’audience.
De façon pratique, le projet « Burkina debout » a consisté à organiser plusieurs scènes d’animation avec les artistes dans la ville de Ouagadougou le 7 févier 2016. Des porte-chars équipés de matériels de sonorisation, bien évidemment avec des artistes à bord, ont sillonné les différents quartiers et rues de Ouagadougou. On peut citer les quartiers Gounghin, Larlé, Tampouy, Bassinko, Bilbalogo, Patte d’Oie, Ouaga 2000, et des zones non loties. Au niveau des avenues, ils passeront sur Gamal Abdel Nasser, Nelson Mandela, la Nation et Thomas Sankara. L’apothéose a eu lieu dans la soirée à la place de la Nation par un concert grandiose gratuit. Des messages de sensibilisation ont été lancés. Des gadgets à l’image de l’initiative « Burkina Debout » y ont été distribués au public. Pour les organisateurs, les terroristes ne bénéficieront pas d’une seconde occasion pour commettre leur barbarie au Burkina.
Madou Semdé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *