50 ans du FESPACO: Le Mogho Naaba donne ses bénédictions

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), célèbrera ses cinq décennies de vie, du 23 février au 02 mars 2019. Ce jubilé d’or aura pour thème : « Confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son identité, son économie et sa diversité ». Avant le lancement officiel des activités de cette noce, une délégation du comité national d’organisation du festival, cornaquée par Abdoul Karim Sango, ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, a rendu une visite au Mogho Naaba, le 16 février 2019, pour avoir la bénédiction de l’empereur des Mossé.

Cette visite de courtoisie a pour but de demander à l’empereur sa bénédiction et ses conseils pour la bonne tenue de la 26ème édition du festival panafricain de cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). A une semaine, jour pour jour, de la cérémonie officielle d’ouverture du festival, les hôtes du jour ont tenu à présenter l’événement, à implorer la protection et les bénédictions des mânes des ancêtres pour le bon déroulement des festivités. « Nous sommes venus ici pour présenter cette édition de la biennale du 7ème art africain à l’un des plus grands garant de la tradition et de la culture africaine et burkinabè, Sa Majesté le Mogho Naaba Baongho. C’est très important pour nous car la cérémonie d’ouverture se déroule juste à côté de son palais. Nous sommes venus lui dire que le cinéma est un élément clé de notre culture. Et comme il est l’un des plus importants garants de cette culture, nous souhaitons qu’il implore Dieu et les mânes de nos ancêtres afin que l’événement se déroule très bien, surtout pour les aspects liés à la sécurité », explique Abdoul Karim Sango, ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, à la sortie de l’audience.

Au cours de la rencontre, Sa Majesté le Mogho Naaba, satisfait de cette démarche, a promis à ses visiteurs le soutien de la Cour royale, ses prières et ses bénédictions. Par ailleurs, il a prodigué des conseils au comité national d’organisation. « Vous avez une grande responsabilité. Pour parvenir à une belle organisation de cette fête, vous devez travailler ensemble, en équipe. Que les plus âgés se mettent au service des plus jeunes, de sorte à partager leurs expériences pour l’intérêt supérieur du Burkina Faso », a-t-il dit, avant de prendre congé de ses hôtes.

Jean-Yves Nébié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *