26ème édition du FESPACO: La compétition officiellement ouverte

L’ouverture officielle de la compétition des différents films du FESPACO 2019 a été faite le dimanche 24 février 2019 au Ciné Burkina, à Ouagadougou. Une ouverture qui s’est faite avec la projection du long métrage fiction « The merci of the jungle » du réalisateur rwandais Joël Karekezy. Roch Marc Christian Kaboré, le président du Faso, a assisté à cette projection.

The merci of the jungle est un film du réalisateur rwandais Joël Karekezi. Ce long métrage fiction raconte l’histoire du sergent Xavier, héros de guerre rwandais et du jeune inexpérimenté soldat Faustin en territoire ennemi où ils combattent une guerre floue. Ils se retrouvent seuls et sans ressources face à l’inextricable jungle congolaise réputée pour être la plus vaste, la plus dense et la plus hostile du continent. Pris en étau par les combats qui font rage tout autour d’eux, ils n’ont d’autre choix que de s’enfoncer dans un enfer vert. Selon N’diaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la Culture du Mali, présente à la projection, ce film était un message de solidarité, un message d’unité et d’union pour l’Afrique. « C’était un film qui magnifiait l’Afrique. Il ne s’agit même pas d’un film rwandais mais d’un film africain. Il y avait beaucoup de nationalités dans ce film » a-t-elle dit. Pour Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso, c’est un très beau film qu’il a vu. « Au-delà des questions militaires que nous avons pu regarder, nous devons surtout être interpellé » a-t-il affirmé. « Sur la question des conséquences du génocide rwandais et les conséquences du fait que lorsque nous avons des conflits communautaires, les conséquences sont très dramatiques pour les populations que pour l’armée. Cela pose la nécessité du vivre ensemble ; et la nécessité pour nous, africains de travailler à l’unité africaine, de travailler à ce partout chacun se sente chez lui en Afrique » poursuivit-il. Aux acteurs du cinéma africain, le Président du Faso dit être conscient que le FESPACO doit faire un pas un peu plus important en avant. « Non seulement pour les soutenir chacun dans son pays pour que nous puissions progresser ensemble » a-t-il conclu.

Roland Kaboré

rolandkabore89@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *