2016 : Une année de défis!

Le Burkina Faso est un pays qui revient de loin pour avoir failli basculer dans des lendemains incertains avec le putsch manqué du 16 septembre 2015. C’est également le lendemain de l’avènement de votre bimensuel dans le paysage médiatique que cette honteuse conquête de Kosyam par la force des armes s’est produite. ISC, tout bébé, a payé aussi un lourd tribut avec une parution rendue impossible les deux semaines qui ont suivi. Certes l’heure n’est pas aux jérémiades mais à une consolidation des acquis, puisque nous avons aussi résisté à notre manière: mieux, nous avons pu repartir de bon pied, voire de bonne plume, avec des éditions qui nous ont valu une appréciation très encourageante de la part de nos lecteurs et des abonnés. Nous accueillons avec beaucoup d’humilité ces encouragements qui nous rappellent du même coup que des grands défis nous attendent en cette année bénie. La présente édition étant la première de 2016, l’équipe d’Infos Sciences Culture formule ses vœux de santé et de prospérité à l’ensemble de ses lecteurs, des Burkinabè voire des Africains. Aux nouvelles autorités en charge de notre cher pays, au-delà de nos vœux, nous leur souhaitons de placer les sciences ainsi que la culture à une meilleure dimension pour espérer relever les défis du développement, du vrai progrès. Cela passe par un relèvement du budget de la Recherche et celui de la Culture ainsi qu’une bonne politique actualisée pour imprimer une nouvelle dynamique. Une recherche financée par l’extérieur ou de l’extérieur a ses avantages mais aussi ses limites pour un pays comme le nôtre. Une culture en proie de nos jours à une pauvreté rampante amorcera difficilement son décollage si ce n’est pas d’autres forces influentes qui viendront tout simplement sceller son sort. Nous restons convaincu pour notre part qu’une « insurrection » scientifique et culturelle est nécessaire pour donner à l’Afrique, particulièrement au Burkina Faso, une feuille de route claire permettant de disposer de technologies appropriées pour son développement. Il est donc nécessaire que les acteurs des deux secteurs se mobilisent plus que jamais. Bonne et heureuse année 2016 à tous !
Cyr Payim Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *