Lutte contre les flux financiers illicites: Dakar pour renforcer le journalisme d’investigation

Enquêter sur la fuite des capitaux en Afrique, tel est l’objectif du Programme « La Richesse des nations » qui a permis à 13 journalistes francophones de l’Afrique d’être outillés, du 14 au 18 mars 2016 à Dakar (Sénégal), sur le journalisme d’investigation. Ladite formation, financée par l’Agence du développement de Norvège, NORAD, a été assurée par la Fondation Thomson Reuters.

Chaque pays possède de la richesse. Comment est-elle gérée? Où va-t-elle? Comment savoir? L’importance de travailler à la préservation de la richesse pour une meilleure utilisation pour son développement relève d’une pertinence évidente pour les journalistes, les médias. Au cours des 50 dernières années, on estime que l’Afrique a perdu plus de 1 000 milliards de dollars du fait des flux financiers illicites (FFI), (Kar et Cartwright-Smith, 2010; Kar et Leblanc, 2013). Ce chiffre est à peu près équivalent à l’ensemble de l’aide publique au développement reçue par le continent pendant le même laps de temps. Actuellement, on estime que l’Afrique perd plus de 60 milliards de dollars par an du fait des flux financiers illicites. Mais ces estimations sont peut-être très en deçà de la réalité car, outre le fait qu’il n’existe pas de données précises pour tous les pays africains, elles excluent souvent certaines formes de flux financiers qui, par nature, sont secrets et ne peuvent donc être correctement estimés ;par exemple, les sommes résultant de la corruption et du trafic de drogues, de la traite des personnes et du trafic des armes à feu. Ces sorties de capitaux sont très préoccupantes, étant donné l’insuffisance de la croissance, les niveaux élevés de pauvreté, les besoins de ressources et l’évolution défavorable de l’aide publique au développement.
Le Programme «La richesse des nations», pour la période 2014-2015, a permis de toucher 96 journalistes en provenance de 27 pays avec, comme résultats, plus de 140 articles et 19 enquêtes produits. La promotion 2016 concerne une cinquantaine de journalistes dont 13 de l’espace francophone qui ont bénéficié de l’immersion de Dakar. Outre le renforcement des capacités qui a été très bénéfique pour l’ensemble des participants, ce fut l’opportunité pour les séminaristes, avec l’appui des deux formateurs que sont Birgit Schwarz et Nicholas Phythian, de travailler sur les sujets de leurs futures enquêtes. En plus, chaque apprenant sera accompagné durant tout le programme par un mentor qui l’assistera dans ses travaux. En effet, Le but du programme de parrainage est d’aider les bénéficiaires à produire des articles de belle facture sur les flux financiers illicites et sur la fraude fiscale en Afrique. Il vise à aider ces derniers à mener des enquêtes, à apporter des éclaircissements et à stimuler un débat public.
Cyr Payim Ouédraogo

Struggle against illicit financial trade: Reinforce investigation journalism in Dakar

Investigate the wealth leaving in Africa, that’s the objective of the program called “Nations’ Wealth” which provides to 13 French-speaking journalists of Africa, the tools for investigation journalism from March 14th to 18th in Dakar (Senegal). This formation has been financed by the Norway Agency for Development, and provided by the Thomson Reuters foundation.

Every country is rich. How manage it ? Where this goes ? How can we know ? It’s important to work on wealth’s preservation, and a best use to help development is an evidence for media. For the last 50 years, we estimate that Africa lost about 1000 billions of dollars because of illicit financial trade (Kar and Cartwright-Smith, 2010; Kar and Leblanc, 2013). That’s quite equivalent to the development’s public help for the same period the continent received. Actually, we estimate at 60 billion the Africa’s lost because of illicit financial trade. But this total could be bigger because of the absence of precise data for all African countries, and a lot of transaction are secret ; for example, the corruption, the arms and drugs traffic… Those out-coming are worrying, and it won’t help growth, poverty, the resources’ needs and the diminution of public help.
The program called “Nations’ Wealth” 2014-2015, let 96 journalists from 27 countries make about 140 clauses and 19 investigations on the subject. The 2016 class has to do with about fifty journalists including 13 French-speaking who benefit of the formation in Dakar. In addition to the capacities reinforcement, participant took this opportunity to work on their future investigation with the two formatives, Birgit Schwarz and Nicholas Phythian. Moreover, each student will work with a mentor all program long. Indeed, the program takes the side to help journalist making good clauses about those subject, help them while their investigation to create a debate about those illicit fund.
Cyr Payim Ouédraogo
Traduction : Simon Vermot Desroches (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *