Le retour des grands-mères solaires

Le ministère de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique a fêté le 16 mars 2016 le retour au pays de sept(7) grands-mères solaires à l’aéroport de Ouagadougou. Ces femmes analphabètes étaient parties suivre pendant 6 mois une formation dans la technologie de l’énergie solaire en Inde.

Grand-mères solaires texte BonLe « Collège aux pieds nus », le seul endroit au monde où une femme analphabète peut devenir ingénieur en six mois ! En effet, ce collège de Tilonia au nord-ouest de l’Inde propose une formation à cette frange de la société afin qu’elle puisse développer ses connaissance dans le domaine de l’énergie solaire. Parties de Manga sans une connaissance préalable dans le domaine, en septembre 2015, les stagiaires sont donc revenues le 16 mars 2016.Elles ont été accueillies par le ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, Bassière Batio. D’ailleurs, un kit solaire attendait chacune d’entre elles en récompense de ces 6 mois d’efforts. Elles ont appris, lors de leur formation, à monter des circuits électriques, à souder des diodes, fabriquer des cellules photovoltaïques… grâce à un apprentissage basé sur la reproduction de gestes et la communication orale. Avant elles, six autres grands-mères solaires avaient reçu la même formation entre septembre 2010 et mars 2011. A ce jour, grâce à un accompagnement de l’Etat à hauteur de 375 000 000 (trois cent soixante quinze millions de francs CFA), elles ont déjà éclairé plus de 1000 ménages dans 10 villages du Burkina Faso et formé une vingtaine de consoeurs à l’installation ainsi qu’à la maintenance des systèmes solaires. Le ministre a apporté tout son soutien à cette initiative : « Il faudra encadrer ces femmes en mettant à leur disposition l’ensemble des outils nécessaires. Non seulement pour vulgariser leurs connaissances mais également pour leur permettre, en matière de revenus, de pouvoir gagner de ce qu’elles ont appris». La création d’un centre régional de formation a aussi été annoncée lors de cet évènement. Il ouvrira ses portes en 2017 à Nobili, dans la province du Zoundwéogo et accueillera des femmes analphabètes du Mali, du Togo, du Ghana, du Bénin, du Niger et de la Côte d’Ivoire dans le but de réduire considérablement les conséquences environnementales de l’utilisation des énergies fossiles dans la sous-région ouest africaine. Mais pour le moment, ce sont donc à ces sept femmes de faire leurs preuves et de valoriser leurs connaissances acquises à l’autre bout du monde.
Simon Vermot Desroches (Stagiaire)

Return of solar grandmothers

The secretary of environment, green economy and climatic changes celebrates the back home of seven (7) solar grandmothers at Ouagadougou’s airport. Those illiterate women leave for six months in India for a formation around solar technology and energy.

Grand-mères solaires texte BonThe Barefoot College seems to be the one place on earth where an illiterate woman can become engineer in 6 months! Indeed, this college of Tilonia in North-West of India give a formation to this part of society to developed their knowledge in solar energy’s domain. Leaving from Manga without any knowledge on the subject in September 2015, they came back March the 16th 2016. They have been welcoming by the secretary of environment, green economy and climatic changes, Bassiere Bato. Besides, a little solar kit expects every one of those women to reward these 6 months. They learn how to build integrate circuit, to weld diodes, to make photovoltaic cells…thanks to a learning based on reproduction of action and oral communication. Before them, 6 others solar grandmothers pass the same formation from September 2010 to March 2011. So far, and thanks to the help of the United Nations fund for development (about 375 million FCFA) they lighted over 1000 houses in 10 village of Burkina Faso. They also share their knowledge with about twenty women for the installation and the maintenance of solar systems. The secretary expresses his all support for this initiative “We have to help those women by giving hers all the tools they need. Not only to popularize their knowledge but also allow them to work and make money by what they learned”. The creation of a regional center for formation has been announced during this event. It will open in 2017 in Nobili in Zoudwéogo’s province and greets illiterate women from Mali, Togo, Ghana, Benin, Niger and Cote d’Ivoire to reduce the consequences of fossil energies’ utilization in south-west African region. But for now, seven women have to show and enhance the value of what they learn half world away.
Simon Vermot Desroches (Stagiaire) Texte et traduction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *